KUKUM au lycée de Vaucanson

 Le projet que j’ai mené cette année avec ma classe de Première est l’histoire d’une rencontre. L’œuvre de Michel Jean, Kukum, qui a reçu le prix France Québec 2020 est le récit d’une rencontre amoureuse entre Almanda et Thomas, rencontre et union de deux cultures (innue et européenne) au sein d’un territoire partagé (le Québec). Cette rencontre, c’est aussi celle d’un écrivain et journaliste québécois (Michel Jean), d’une maison d’édition (Dépaysage), d’une association (Touraine-Québec) et de moi-même (professeure de Lettres au lycée Jacques de Vaucanson à Tours). On ne saluera jamais assez les réseaux sociaux qui ont permis ces échanges et ces rencontres !
J’avais décidé d’enseigner La Princesse de Clèves inscrite au programme du baccalauréat. Lorsque j’ai lu le parcours associé proposé : « Individu, morale et société », j’ai vu l’opportunité de faire entrer Kukum dans cette année et de prolonger la rencontre en rencontre scolaire. Les 35 exemplaires du roman ont été achetés par le lycée Vaucanson qui a bénéficié d’une aide financière généreuse de l’association Touraine-Québec Qu’elle en soit remerciée ! En effet, je voulais rendre possible l’accès au roman pour tous les élèves de la classe et ne pas mettre certaines familles en difficulté devant le coût du livre. Par ailleurs, les livres étant désormais propriété du lycée, cela va permettre de continuer l’étude du roman pour les prochaines générations d’élèves. Pour préparer mes élèves à l’épreuve orale, j’ai choisi de mettre leurs paroles au centre de nos discussions, leurs ressentis, base d’une analyse qui se fera plus technique ensuite. C’est pourquoi, j’ai choisi de leur demander une lecture sensible du texte de Michel Jean : une lecture expressive d’un extrait (enregistrée à la maison), une illustration graphique ou une justification verbale de leur choix. L’enthousiasme des élèves se lit dans leurs productions. Cette approche a permis à chacun de trouver sa place et a favorisé la discussion sur l’œuvre.
Littérature contemporaine, littérature en français d’un romancier étranger, littérature vivante : voilà qui permet de compléter le programme limitatif des œuvres, de donner une autre dimension au cours de Français, de se dépayser en temps d’hybridation pédagogique et de confinement.

Les réalisations des élèves

KUKUM chez son éditeur

L’article de Cécile Gladel sur Radio-Canada 

Claire Tastet,
professeure de français au lycée Vaucanson